Martine - Peintures - Sculptures

Musée des beaux-arts, Carcassonne, France15/01/1985 - 16/02/1985

C'est au monde antique que me paraît se rattacher tout l'art de Martine, non point à cette antiquité polie et lustrée des Vénus et des Apollons réglementaires de nos manuels scolaires, mais à cette antiquité vivante, désespérée et croyante, des enfants de Niobé et de ceux des récits bibliques.

Et c'est ainsi qu'en pénétrant dans la Galerie Bénézit, en 1980, où se trouvaient rassemblés plusieurs bronzes de Martine, par u ne étrange correspondance, mon imagination s'en fut au musée de Pompéi où certains de habitants ont été moulés par l'ingéniosité italienne alors qu'ils avaient été pris sur le vif par la cendre brûlante dans leur fuite et leur suprême désespoir.

Prendre sur le vif, c'est la principale qualité de l'art de Martine, mais nous savons tous que L’instantané, dans la machine merveilleuse, et rarement réussi alors que le secret de l'artiste, son don particulier, c'est de saisir l'insaisissable et de fixer la vie et le mouvement à son point extrême de tension.

Et ne nous trompons pas : les portraits de Martine qui nous regardent fixement, comparables à ceux de Soutine ou de Zuloaga, étouffent de vie intérieure autant que ses sculptures; ils portent en eux une mission, une révélation.

Consulter la préface du catalogue de l'exposition

en savoir plus
chargement...
chargement...